Attention à l’arnaque des olives vertes colorées au sulfate de cuivre, elles sont toxiques

On parle à nouveau du risque d’être victime d’une fraude alimentaire, celle des olives vertes colorées au sulfate de cuivre ou à la chlorophylle de cuivre. Comment pouvons-nous nous défendre contre ce qu’on appelle les olives peintes ?
Il y a longtemps, un véritable scandale alimentaire a frappé le secteur des olives de table vertes. Un blitz de la police financière avait en effet effectué une saisie massive. Le butin ? 85 tonnes d’olives vertes colorées au sulfate de cuivre ou à la chlorophylle de cuivre (E141).
Une fraude alimentaire dangereuse pour la santé des consommateurs car ces composés, utilisés pour rendre les olives plus vivantes et uniformes vertes (car même l’œil veut sa part), sont nocifs. En particulier, le sulfate de cuivre, une substance qui tend à s’accumuler dans l’organisme et qui peut avoir des conséquences.
En ce qui concerne la chlorophylle de cuivre, par contre, cet agent colorant d’origine naturelle (même s’il n’est pas toxique), tout comme le sulfate de cuivre, est interdit dans la production des olives. Son utilisation est donc une pratique incorrecte qui permet d’éviter l’apparition de défauts dans les olives qui, autrement, seraient trop visibles pour les consommateurs.
Comme l’a expliqué Giuliano Palomba (Corps forestier de l’État), qui a coordonné les enquêtes sur les olives vertes de table :
La principale méthode de transformation des olives de table douces, Castelvetrano, consiste en l’utilisation de soude caustique, qui permet de  » désamériser  » le fruit, d’où l’appellation  » sucré  » mais dont la couleur verte tend à se décolorer en jaune pendant la transformation et qui fait apparaître les tâches et défauts des mêmes olives.
Il est difficile de déterminer, sans les moyens nécessaires, si les olives ont été « peintes » (c’est le terme utilisé pour désigner l’utilisation des colorants ci-dessus). Le seul conseil valable est de les observer attentivement. Si vous voyez qu’ils ont une couleur vert intense, brillant et complètement uniforme est préférable d’être prudent.
Même si elles nous semblent belles, en fait, elles ne peuvent l’être que parce qu’elles ont été traitées. Mieux vaut préférer des olives un peu’imparfaites, légèrement bosselées ou d’un vert pas aussi attrayantes que celles super brillantes et brillantes.
Si vous le pouvez, évitez de les acheter au supermarché mais choisissez un petit producteur local, de cette façon vous aurez aussi l’occasion de mieux comprendre comment ils sont produits. Enfin, il est préférable de préférer celles issues de l’agriculture biologique.
Une dernière option, encore mieux, est de préparer vos propres olives de table, surtout si vous avez des oliviers ou si vous pouvez obtenir des olives fraîchement cueillies avec l’aide d’un membre de la famille ou un ami.
10 idées à mettre dans le panier à pique-nique et plaire à tout le monde
Les voitures au méthane, le libre-service donnera-t-il un nouvel élan ?
Prix Terre de Femmes et l’engagement d’Yves Rocher pour la protection de l’environnement
Qu’est-ce que c’est, à quoi cela sert-il et comment le prendre en cas de carence ?